Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 08:51
Je comptais aborder les histoires mythiques des hommes, mais, devant la chronologie fort complexe et très emmêlée de ce bazar monstrueux, je préfère qu'on cause un peu des dieux. Ca me laisse le temps de me battre avec les lignées généalogiques contradictoires, de rassembler ma bravoure pour affronter mes sources, de défier mon dictionnaire de Grimal au katana.

Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, c'est l'heure de l'histoire salace !
En effet, je vais vous conter une histoire leste et olé-olé, un poil grivoise, comme il y en a beaucoup dans la mythologie grecque. Mais ne vous inquiétez pas ô êtres chastes et purs qui passez sur ce blog, s'il y en a (cette question est sujette à caution). Je ne donnerai pas de détails choquants. Je censurerai tout mot qui pourrait souiller vos oreilles et votre âme. Et pour les autres, bande de pervers, je fais confiance à votre imagination.

Il était une fois l'Olympe. Olympe = montagne. Sur cette montagne des dieux. Parmi les dieux, une beauté, une bombe nucléaire, une fille canon sexy et cetera et cetera : Aphrodite, déesse de la beauté et de l'amûûûr. Mais voilà : à son arrivée, Héphaïstos, le dieu de la forge et du feu, avait épousé la belle sur ordre de Zeus. On en déduit que Zeus a un certain sens de l'humour dans son activité d'agence matrimoniale car si vous avez bonne mémoire, vous savez qu'Héphaïstos était moche comme un pou. Bref, pour Aphrodite, qui était aussi enfant gâtée et superficielle que jolie, c'était pas la joie.
hephaistos.jpg
[Le mari idéal selon Zeus. OK...]

Or sur l'Olympe créchait aussi Arès, le dieu de la guerre, mec super viril avec des biscotos énormes genre je fais de la muscu même la nuit, et un cerveau au développement inversement proportionnel à celui de ses muscles. Il était plus qu'intéressé par Aphrodite. Le macho courtisa donc la pouf. Et un jour, pendant qu'Héphaïstos n'était pas là, ils passèrent à l'acte. Et dans sa maison en plus.

Sauf que le Soleil, qui voit tout (car le milieu du ciel est un poste d'observation idéal, essayez, vous verrez), surprit la chose, et courut avertir Héphaïstos :

- Héphaïstos ! Ta femme te trompe !
- COMMENT ? AVEC QUI ?
- Ben, Arès et elle ont fait l'amour !
- Ils ont fait QUOI ?
- Ah alors ils ont fait (censuré), puis ensuite (censuré) de l'autre côté, puis en bas (alors ça vraiment censuré).
arès & aphrodite[Sur ce tableau de Botticelli, Arès a l'air bien crevé... On se demande pourquoi !]

Héphaïstos, en entendant ça, passa du rouge de honte au vert de rage, éleva sa température personelle à 100° Celsius, explosa, rugit, hurla... enfin tout ce que peut faire un homme dans cette situation, surtout si c'est un dieu grec, et les dieux grecs ont toujours le tempérament bouillant.

Mais il se reprit vite, et comme il était plus rusé et subtil que les deux autres réunis (vous me direz, en même temps, c'est pas très dur), il imagina un piège.

Il se rendit dans sa forge et y travailla toute la nuit.
 
Le lendemain, Héphaïstos fit mine de partir pour Lemnos. Arès survint alors ; Aphrodite venait de dire bonjour à Zeus et rentrait juste dans le palais de son mari, quand Arès lui sauta dessus, lui souffla : "Allez, ici, maintenant", se rua sur le lit de noces de la belle déesse et du dieu boiteux (aucun respect vraiment), et je vous passe les détails (strip-tease express, tout ça quoi). Et là, alors qu'ils étaient en pleine action, soudain, d es mailles d'or se referment sur eux, les bloquent de tous les côtés et les enferment dans un filet indestructible !

Héphaïstos réapparaît alors à la porte de la chambre et s'écrie :

- Ca y est, je vous ai eu, toi la garce qui me faisait cocu et ton amant !

Et il rameute tous les dieux pour qu'ils puissent assister au spectacle (plutôt humiliant) des deux dieux nus comme des vers et emberlificotés dans le filet. Voilà qu'arrivent Zeus, Poséidon, Hermès et Apollon, qui rfient bien de la fâcheuse situation où se trouvent les amants.

"Bien fait pour Arès !" disent les dieux.

Mais Apollon lance à Hermès (toujours copains comme cochons, ces deux-là) :

- Ouais tu dis ça mais pour coucher avec Aphrodite ça te gênerait pas de te faire prendre dans un filet de ce genre...
- Mais même dans un filet trois fois pire que celui-là ! répond Hermès. Et que les déesses viennent voir !
D'où éclat de rire sur l'Olympe, humiliation croissante d'Aphrodite et d'Arès, qui, dès leur libération, se cassent l'un en Crète, l'autre en Chypre...
Et pourtant ils se revirent. Et continuèrent. Sans plus se cacher, maintenant. Tout le monde savait, alors à quoi bon faire style ?
Bravo pour l'idée, Héphaïstos.

Source : Homère,  Odyssée ; Ovide, Art d'aimer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Histoires-Mythiques - dans Amours divines
commenter cet article

commentaires

tayeb 24/03/2014 17:30


bonjour j'aimerai savoir qui est l'auteur de se tableau ??.???


 

Quésaco ?

  • : Histoires Mythiques
  • Histoires Mythiques
  • : La mythologie grecque, c'est drôle, je le dis et je le prouve.
  • Contact