Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les acteurs principaux des légendes grecques sont bien évidemment les dieux grecs eux-mêmes. Surtout ceux qu'on appelle les Olympiens - c'est à dire les dieux qui habitent au sommet (ou au-dessus, c'est pas très clair) du Mont Olympe.

 

On divise en général les dieux de l'Olympe en deux groupes :

  1. les fils de Cronos et de Rhéa, qu'on appelle Olympiens de la 1e génération ;
  2. les fils de Zeus avec ou sans Héra, et assimilés, les Olympiens de la 2e génération.

Les Olympiens sont censés être douze, mais personne n'est d'accord sur qui fait vraiment partie du catalogue; Si bien qu'ils sont en fait 14 à se bagarrer pour les 12 places. En plus, certains dieux ne font que passer sur l'Olympe alors qu'ils sont comptés comme des Olympiens, tandis que certains simples mortels squattent allègrement la montagne (Héraclès par exemple). Bref, comme d'habitude dans les légendes grecques, c'est le bazar.

 

1/ Les vétérans de l'Olympe alias la première génération

Zeus

 

A tout seigneur, tout honneur, on commence par
Zeus

Zeus (en latin Jupiter) est le roi, le big boss des dieux, des hommes et du reste. Au départ c'est le dieu du ciel, de la pluie et de la foudre ; puis c'est devenu le roi de tout, comme ça plus de problème. Zeus a une brave tête de vieillard avec une longue barbe, mais des pectoraux impressionnants, la foudre dans une main, l'égide dans l'autre, et vaut mieux pas trop le vexer.

Petit topo sur l'égide qu'il tient : c'est le bouclier invulnérable qu'il a fait à partir de la peau de la chèvre qui l'a nourri quand il était bébé. Quand il l'agite, le tonnerre se déchaîne. Actuellement l'égide est impossible à trouver dans le commerce.

Les petits noms de Zeus : Cronide (=fils de Cronos), Assembleur de Nuées, Père des dieux et des Hommes etc etc... Son animal fétiche est l'aigle, bien sûr !

Zeus est aussi le plus grand coureur de jupons de tous les temps. Au départ, il s'était marié avec Thémis, sa tante (personnification de la Justice) puis avec Mnémosyne, et enfin avec Héra. Mais il a trompé cette dernière avec à peu près tout ce qui est féminin (déesses, nymphes, mortelles...) et un ou deux mâles comme Ganymède.

 

hera

 

A toute dame tout honneur : voilà donc

Héra

Après son recrachage par Cronos, la petite Héra (Junon en latin) fut élevée au bout du bout du bout du monde (peut-être bien chez les Ethiopiens, ou Hyperboréens...) par les vieux de la vieille Océanos et Thétys (ses oncle et tante si je ne m'abuse). Il paraît aussi qu'elle passa une partie de son enfance du côté de Tyr, et qu'elle en garda pas mal d'affection pour les Phéniciens et autres Carthaginois.
Mais surtout, à peine adulte, elle épousa son frangin Zeus et devint donc la reine du monde (quel bon plan !), la grande déesse protectrice des épouses, qui règne sur l'air (ouais, bon, en théorie) et dont l'animal fétiche est le paon. Sur le fait de savoir si c'était la première épouse du big boss Zeus ou non, il y a débat : soit c'est la première, soit c'est la troisième après Métis et Thémis.

Pour en revenir au sujet principal (c'est-à-dire Héra), la reine des dieux se trouva affligée d'un caractère acariâtre, désagréable, casse-pieds, pas fichue de faire ce qu'on lui dit sans récriminer, et même pas capable de se laisser tromper par Zeus avec tout ce qui bouge sur terre et au-delà sans être jalouse. On se demande bien pourquoi. C'est pourquoi elle passe le plus clair de son temps à pourrir la vie aux amantes de Zeus et à leurs fil(le)s... Bonne chance...

 

posé

 

Après le ciel, la mer et

Poséidon

 

Poséidon, alias Neptune en latin, aurait pu être l'aîné des fils de Cronos si celui-ci ne l'avait pas avalé. Zeus ayant pris la place de l'aîné, Poséidon se retrouve frère cadet, et doit céder le pas à son frangin.

Après le recrachage, ce sont les Telchines, des divinités marines, fils pas bien connus de Pontos et de Gaïa, qui l'élèvent près de Rhodes (île de Grèce). Et le petit Poséidon resta toujours lié à la mer, si bien que le domaine qu'il se choisit lors du partage du monde, ce sont les eaux.
Les eaux, c'est-à-dire : La mer bien sûr, mais aussi les lacs. Bon, les sources et les cours d'eau ont leurs divinités propres, pas touche. Mais le domaine du Poséidounet est vaste. D'ailleurs il peut déclencher des tempêtes, mais aussi des inondations et des tremblements de terre avec son grand trident. Bref, c'est pas un dieu à vexer lui non plus (même si Athènes et Argos l'oublieront plus tard).

Ses petits noms : l'Ebranleur de la Terre, le dieu du Ténare entre autres. Son animal fétiche est le cheval dont il et, dit-on, soit le père soit le créateur.

Poséidon s'est marié avec la Néréide Amphitrite, reine des eaux, mais ils n'ont qu'un seul enfant, Triton, divinité mineure des eaux*. Par contre, sur l'exemple de son frangin, le Poséidon court la gueuse à droite et à gauche. Problème : ses fils ont tendance à être des sales types, avec un tempérament plutôt violent, toujours à poser des problèmes aux héros (fils de Zeus, eux) qui se sentent moralement obligés de les trucider (ou du moins, de leur faire des misères, cf Ulysse et Polyphème).

*comme me l'a fait remarquer maggie-mythologia

 

S3.1Demeter.jpg

 

Mais qui c'est qui te me vous fait à manger ? C'est
Déméter

 

Deuxième née dans les filles de la famille, Déméter (= Cérès en latin) fut élevée on ne sait pas où et on ne sait pas par qui ; tout ce qu'on sait, c'est que lors du règne de Zeus, Déméter récupère en partage la terre cultivée, les moissons, le blé le froment l'orge le riz le maïs (qu'est-ce que je délire ? les Grecs ne connaissaient pas le riz ni le maïs !) et que donc elle veille sur les agriculteurs, les paysans, et tous les rustres qui ne sont pas fichus de manger les hamburgers faits de farine de blés cultivés dans du coton et de l'engrais.

C'est une déesse maternelle et son nom est souvent déformé en Géméter (=Terre-Mère. Faites du grec ancien.) D'ailleurs Déméter a quelques enfants, même si c'est dans l'ensemble une déesse plutôt discrète et réservée. Bon, je dis ça, mais elle s'est tapé son frére Zeus, la Déméter, et en a eu une fille nommée Koré (on en reparlera). Et elle aurait **(euphémisme Budé) octroyé ses faveurs ** à un certain Iasion.

Son petit nom : Déô. Déméter se balade accompagnée de son animal-fétiche la grue (mauvais signe pour son caractère, ça), tenant à la main des flambeaux, ou un serpent -- vu que toutes les divinités liées à la terre ont une prédilection pour les reptiles en tous genres -- entourée d'épi de blés, de narcisse et de pavot. Très seyant dans votre potager.

 

1018243778.jpg

 

Bouuh le méchant pas beau... c'est
Hadès

 

Si vous êtes un minimum attentif, vous avez retenu que les dieux s'étaient partagé le monde en trois. MAIS QUI C'ETAIT LE TROISIEME ? Eh bien c'était Hadès, le plus jeune des fils de Cronos (dans la mesure où Zeus ne s'est pas fait avaler, qu'il a donc pu grandir en premier etc etc on considère que c'est l'aîné), qui s'était choisi le Royaume des Morts.
Sur Hadès (Pluton en latin) lui-même, on ne sait pas grand-chose. Comme c'est le plus ou moins un dieu pas sympa, les Grecs ne se sont pas foulés à lui inventer une légende. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il règne sur les Enfers, qu'en plus il ne laisse même pas sortir ses sujets, les morts, dans le monde des vivants (et la liberté d'aller et venir, alors ?), et que ça porte malheur de pronocer son nom. C'est Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom... JKR n'a rien inventé.
Donc on l'appelle Ploutôn (=le Riche) en grec et Dis en latin (=le Riche aussi). Mais pourquoi le riche ? Deux explications (choisissez votre préférée) : soit parce qu'il est riche de beaucoup d'âmes, vu qu'il garde les âmes des morts, soit parce que comme il règne sur le monde souterrain, il possède tous les minerais précieux...

Quant à sa piaule (les Enfers, rappelé-je), on sait qu'elle est divisée en plusieurs parties : le Tartare où on met les méchants pas beaux pour qu'ils y subissent les tortures les plus raffinées, les Champs-Elysées où vont les fantômes des héros tués à la guerre, et d'autres : un pour les gens morts d'amours malheureuses, un pour les gens normaux qui vont boire l'eau du fleuve Léthé et se réincarner vite fait... A propos de fleuves, il y en a plusieurs dans les Enfers : le Léthé susnommé, le Styx marécageux avec ses neuf replis, le Cocyte, le (accrochez-vous) Pyriphlégéton, l'Achéron qu'il faut passer pour entrer dans les Enfers... Vous me direz : qui a envie d'entrer dans les Enfers ? Ben les amis, si vous êtes mort et que vous n'y entrez pas, vous errez pour l'éternité. C'est pourquoi il est prévu un passeur nommé Charon, un vieillard à grande barbe peu commode, qu'il faut payer, en plus. Bof, à deux oboles la traversée...

Rien de plus facile que d'entrer aux Enfers. Déjà, en mourant ; ou encore, en étant un héros fils de Zeus ou autre divinité qui a une mission à accomplir (Orphée, Thésée, Pirithoüs, Héraclès, Ulysse, Enée... On ne les compte plus). Il y a quelques entrées, style le lac Averne. Le compliqué, c'est d'en ressortir.

 

 

hestia

 

L'illustre inconnue :
Hestia

 

Silencieuse, immobile et quasi-anonyme, la soeur de tout ce beau monde, Hestia (Vesta en latin) brille par son absence dans presque toutes les légendes. Tout ce qu'on sait, c'est qu'après la naissance des 2ds Olympiens (ouh là... on n'y est pas encore...) Poséidon et Apollon la courtisèrent, mais elle dit Niet, et obtint de son frère Zeus de pouvoir garder sa virginité (comme Athéna et Artémis... on y reviendra).

En compensation de son absence totale d'activité légendaire, la modeste Hestia obtint d'être omniprésente dans la vie des Gréco-Romains antiques, puisqu'elle est la déesse du feu et du foyer familial. Comme elle est immobile et reste au centre de la maison de tout un chacun, elle n'en fiche pas une, et il n'y a donc rien à raconter sur elle... A part peut-être que son équivalent latin, Vesta, avait un temple à Rome, au milieu duquel brûlait un feu gardé par des prétresses. S'il s'éteignait, c'était la cata, il fallait donc que les dites prêtresses veillent sur les flammes jour et nuit. Et bien entendu, elles devaient rester vierges. Ben oui : comment voulez-vous surveiller le feu si vous êtes occupées ailleurs, les filles ?

 

 

 

[Page en construction, mise à jour selon l'avancement du blog]

Partager cette page

Repost 0
Published by

Quésaco ?

  • : Histoires Mythiques
  • Histoires Mythiques
  • : La mythologie grecque, c'est drôle, je le dis et je le prouve.
  • Contact