Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 14:54

Maintenant que Zeus et ses alliés ont recruté toute une tripotée d'alliés, la bataille recommence...

 

1102364312_small.jpg

[Le mont Othrys. C'est vert, hein ?]

 

Evidemment, c'est plus le même rapport de forces... Car quand les Titans, du sommet du mont Othrys, se mettent à bombarder l'Olympe de bouts de rochers, ils se recoivent soudain cent cinquante fragments de montagne sur le nez. Ce sont les Hécatonchires, qui, comme ils ont chacun cent bras... à deux bras pour un énorme rocher... faites le calcul... Les Titans faiblissent, effrayés, et essaient de s'en prendre aux Olympiens directement.

 

Et pan !

Ils se font griller le museau par un coup de foudre. La mer se déchaîne, les tremblements de terre font vaciller l'Othrys, et pendant ce temps un ennemi invisible attaque les rangs titanesques... Mais que se passe-t-il ?


Explication : les Cyclopes, qui sont d'habiles forgerons, ont créé pour chacun des trois Olympiens mâles une arme magique. Pour Hadès, un casque qui rend invisible ; pour Poséidon, un trident qui commande à la mer et aux secousses sismiques ; et pour Zeus, la fameuse foudre, superbe ouvrage doré à trois éclairs, qui va à merveille avec l'égide qui plus est.


Zeus brandit de nouveau son arme, vise les Titans qui sont déjà en train de mouiller leurs chausses, et d'un éclair énorme et décisif, expédie ce beau monde dans les profondeurs du Tartare (aux Enfers, la deuxième à gauche...). Sauf le Titan Atlas, qui pour une raison méconnue, n'est pas envoyé aux Enfers, mais est condamné à porter la voûte céleste sur ses épaules...

Et comme Zeus n'est pas un rancunier, et que dans le genre distributeur de jobs il est plus fort que l'ANPE, il fait des trois Cyclopes ses forgerons attitrés et des Hécatonchires les gardiens du Tartare où leurs anciens ennemis, les Titans, sont enfermés et livrés aux tortures les plus raffinées... Belle revanche pour les Centbras... Rit bien qui rit le dernier.

 

Source : Hésiode, Théogonie.

Repost 0
Published by Histoires-Mythiques - dans Titanomachie
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 12:14
L'affrontement se révéla épique et grand et majestueux comme un match de Coupe de Monde de Rugby, mais plutôt le genre indécis et tendu style France - Pays de Galles que ravageur et rapide comme Nouvelle-Zélande - Australie. On avt beau se taper sur la gueule, impossible de prendre durablement et largement l'avantage. A ce sujet, voici un témoignage de notre reporter de guerre, envoyé spécial sur l'Olympe, Hésiode :



Depuis longtemps luttaient, souffrant une douloureuse peine,
Et s'affrontant les uns les autres dans de violents combats,
Les dieux Titans contre ceux que Cronos avait engendrés ;
Les uns, les nobles Titans, étaient au sommet de l'Othrys,
Et les autres, les dieux dispensateurs de biens, sur l'Olympe,
Les fils que Rhéa aux beaux cheveux eut du lit de Cronos.
Ils avaient les uns pour les autres une douloureuse haine
Et combattaient sans interruption depuis dix années pleines ;
La dure lutte ne se terminait pas : aucune issue
Pour personne, et la guerre ne profitait à aucun camp.

(on ne critique pas la traduction car c'est moi qui l'ai faite)

 

1073825536.jpg[Cette superbe photo de guerre montrant un Titan atterré nous est fournie par ce site.]

En clair, les amis, votre guéguerre, ça n'avance pas. 10 ans durant, les deux camps se sont affrontés et ça n'a rien donné. Tout désemparés, les Olympiens vont voir Mamie Gaïa qui leur dit :

"Hmmm... mes petits-fils, si vous gagnez ce sera avec l'aide de mes fils..."

"Quésaco ses fils ? On est en train de se battre contre eux !" fut la première réaction des Olympiens. Jusqu'à ce que, farfouillant la généalogie, ils se souviennent de l'existence des Cyclopes et des Hécatonchires, les 6 autres enfants de Gaïa et d'Ouranos, qui n'avaient pas été libérés des profondeurs de la Terre, contrairement aux Titans, et que Cronos avait refusé de sortir de leur trou.

 

Pendant qu'on envoyait deux ou trois Olympiens entamer des pourparlers avec ces Cyclopes et ces Hécatonchires, voilà que de nouveaux alliés se présentent. Viennent frapper à la porte de l'Olympe deux déesses, et non des moindres.

En premier voici STYX, la fille d'Okéanos, la déesse du fleuve du même nom (le Styx) dans les Enfers. Groupie de Zeus depuis le premier jour, elle veut absolument suivre le groupe des Olympians Gods partout où ils iront. Et surtout, elle amène ses quatre marmots, c'est-à-dire Zèle, Victoire, Force et Puissance. Evidemment, les Olympiens trouvèrent très intéressant d'avoir la Victoire et sa fratrie dans leur camp. Zeus, en échange, offrit à Styx le privilège d'être la déesse du fleuve par lequel jureraient les dieux. Sans rigoler, quand vous êtes un dieu et que vous êtes parjure, c'est pas super drôle : vous restez suspendu dans le vide sans pouvoir bouger pendant 10 ans sans interruption.

Ensuite voilà HECATE, ténébreuse déesse aux attributs multiples (en particulier déesse des sorciers, magiciens et autres). Elle alla offrir ses sombres services à Zeus, qui lui accorda en échange des avantages multiples et variés, tellement multiples et variés que ça me fatigue de vous les énumérer.

Mais pendant ce temps, que deviennent les fameux Cyclopes et Hécatonchires ? La suite sur cet article pendant que je me repose les doigts.

 

.............................................................

LES CYCLOPES ET LES HECATONCHIRES

 

Avant toute chose, qui sont-ils ? Ce sont les six (3 fois 2) autres enfants d'Ouranos et de Gaïa, que leur père avait enfouis au sein de la Terre leur maman et que les Titans avaient refusé de faire sortir.
Leurs petits noms : Brontès, Stéropès et Argès pour les Cyclopes ; Cottos, Briarès et Gyès pour les Hécatonchires.
Les Cyclopes n'ont qu'un seul oeil, un gros oeil rond au milieu du crâne, d'où leur nom en grec (Kuklops = Oeilrond).
Les Hécatonchires, ces charmants garçons, ont chacun cent bras et cinquante têtes, d'où leur nom en grec (Hékatonkhééres = Centbras).
Moralité : faites du grec ancien...
Bref, les Olympiens les sortent de leur trou terreux et entament des négociations.
Les Cyclopes se rangèrent sans problème du côté de Zeus, à partir du moment où on les libérait, eux, hein...
Pour les Hécatonchires, on se pose la question. Briarès passa dans les camp des Olympiens, ça c'est certain, mais certaines rumeurs chuchotent que Cottos se serait révolté contre Zeus... Et pour Gyès, le mystère plane... Mais croyons notre reporter de guerre (Hésiode) qui dit que tous trois se rangèrent du côté de l'Olympe.

Les Olympiens nous gavent ces six-là de nectar et d'ambroisie (la nourriture qui préserve l'immortalité) et passent un traité d'alliance. Les Titans n'ont qu'à bien se tenir...


Sources : Hésiode, Théogonie ; dico de Grimal

Repost 0
Published by Histoires-Mythiques - dans Titanomachie
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 12:42

Mais tout va se compliquer pour Zeus et ses amis. Vont-ils garder la maîtrise du monde face aux terribles épreuves qui les attendent ? Vous le saurez en suivant cette série épique :

LA TITANOMACHIE
(ou le truc que si t'en faisais un film ce serait plus fort que Spartacus et Gladiator)

1034614356.jpgLa Titanomachie, tableau volé

Vous pensez bien que le Cronos n'était pas très content de se voir ainsi expulsé de la royauté. Ruminant sa défaite, n'ayant même plus un petit bébé à croquer pour passer le temps, il se cloîtrait dans ses quartiers d'Italie comme Napoléon à Sainte-Hélène, à essayer de gérer les péquenauds du coin qui, pour la peine, eurent droit à une prolongation de l'âge d'or.
Mais Cronos, c'était un battant, un winner, pas le genre à se laisser marcher sur les pieds, ni à se faire piquer la royauté du monde sans réagir. Il battit alors le rappel de ses troupes, du style : "Frères Titans, nous avons perdu une bataille mais pas la guerre !", ou fit passer des messages clandestins comme : "Bzzz crouîk ...Les Titans parlent aux Titans... Fuii crikk... L'eau se met à bouillir... Je répète : l'eau se met à bouillir..."

Il se constitua donc une armée contre-révolutionnaire pour contrecarrer le fils qui osait lui voler le trône. En bon frangin qui n'a pas perdu le sens de la famiglia, Cronos appela d'abord ses frères :

- Oh, Coios, pense à ton frère abandonné, trahi lâchement par son propre fils...
 
- Oué, c'est sour que dans la famiglia, il y a des choses qui né sé font pas...

- Crios, veux-tu soutenir ton frère en détresse ?

- Je n'ai rien à te refuser, frangin...

- Et toi, Okéanos ?
- Hééé ? A mon âge, tu veux que je fasse la guerre, moi ?... Non, je reste neutre. Et puis j'aime bien la p'tite Héra...
 
- Faux frère ! Et Hypérion ?
- Bien sour, Cronos, yé souis avec toi !
 
- Japet ?
- Hein ? J'entends rien ! Parle plus fort !
 
- Et vous, soeurettes ?
THETYS - Oh eh moi, j'fais comme mon mari...
THEIA - Les mecs vous êtes assez grands pour régler vos problèmes tout seuls...
RHEIA - (De toute façon c'est moi qui ai sauvé Zeus, je ferais mieux de pas me la ramener)
PHOIBE - Pas d'opinion.
THEMIS ET MNEMOSYNE - Zeus est notre amant, on se range à ses côtés et tant pis pour la famiglia !

Après ces pourparlers avec sa fratrie, Cronos l'ex-roi du monde fit appel au cercle plus large de sa famille entière : il obtint le concours d'autres Titans zet Titanes, en particulier celui d'Atlas et de Ménoitios, les fils de Japet.

Voici donc alignée l'armée titanesque de Cronos... Comment Zeus peut-il lutter contre les forces du ténébreux Cronos et de ses Nazgûl Titans ? Va-t-il trouver lui aussi des alliés ? Pourra-t-il former, face aux méchants serviteurs des forces du chaos, sa Communauté de l'Olympe ?
1060981770.gif
En tout cas, assemblés en conseil au sommet de leur montagne préférée (l'Olympe), les dieux se rongeaient les sangs.

- Les amis, l'heure est grave, tonna Zeus (genre ils le savaient pas déjà). Serez-vous prêts à soutenir cette bataille ?

Cela dit, prêts ou pas, les dieux n'avaient pas le choix. Ils dressèrent donc un plan de bataille et surtout de récupération d'alliés divers, pour tenir tête aux Titans, leurs belliqueux parents.
Parce que le meilleur moyen de gagner la guerre, c'est encore d'avoir le plus d'alliés puissants, intelligents, forts et surtout NOMBREUX.
Pour attirer du monde, Zeus eut recours à la fameuse technique de la promesse, en disant un truc du style :

Celui qui viendra combattre avec moi contre les Titans ne perdra rien de ses divins attributs ; tous conserveront les honneurs dont ils jouissaient auparavant parmi les dieux, et si quelqu'un, sousle règne de Cronos, n'avait obtenu ni honneur ni récompense, il recevra l'un et l'autre comme le veut la justice.
 
Il parle pas comme un plouc, le Zeus, quand il s'y met.


Voici donc le camp des Olympiens :

=> ZEUS le meneur, qui n'avait pas sa foudre encore à l'époque, et ses acolytes POSEIDON, HADES, HERA, DEMETER, HESTIA et peut-être aussi APHRODITE (si on admet qu'elle est déjà née, les érudits se posent la question) ;

=> les amantes de Zeus c'est-à-dire à l'époque l'Océanide METIS (l'Intelligence Rusée), THEMIS (la Justice), MNEMOSYNE (la Mémoire), trio de choc ;

=> les cousins de Zeus, les frangins PROMETHEE et EPIMETHEE ;

=> Papi OURANOS et surtout les bons conseils de Mamie GAIA (qui a tendance à changer souvent de camp quand même).
Les deux camps étaient désormais prêts à s'affronter dans une bataille épique et grandiose et un suspense proprement insoutenable, auquel vous devrez survivre, chers lecteurs, jusqu'au prochain épisode...

Sources : Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine ; Hésiode, Théogonie.

Repost 0
Published by Histoires-Mythiques - dans Titanomachie
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 17:18
Inutile d'être socio-psychologue pour dire que les relations père-fils, c'est pas toujours la joie. Dans le cas de nos deux dieux, Zeus et Cronos, c'est encore pire.
Imaginez un peu le petit Zeusounet, et touuus les motifs qu'i avait d'en vouloir à son divin père : 1) son papa l'avait abandonné, 2) il n'avait jamais été là pour lui, 3) il avait voulu le manger sans même une pointe de sel (quel manque de goût !).
C'est pourquoi le fils devenu grand décida crânement de venger ses frères et soeurs ingurgités, sa maman, et son grand-papa Ciel dans la foulée. Et puis si ça pouvait permettre de devenir roi des dieux, hein...

Puis, de toute façon, il fallait réaliser la prophétie de Papi Ouranos et Mamie Gaïa.

 

....................................................................................

S'ensuivit sûrement une lutte épique, un terrible et formidable combat singulier superlativement spectaculaire, mais les auteurs antiques n'en disent pas grand-chose. Je vous donne donc le droit d'imaginer :
- une gigantesque bataille aéro-navale
- un assaut furibond de techniques ninja
- un combat killbillesque au katana
- une fusillade de western
- un duel effrayant et horrifiant aux dames
et tout ce que vous voulez...


Tout ce qu'on sait, c'est que Zeus s'adjoignit une divinité nommée Métis, fille du fleuve primordial Okéanos et incarnation de l'Intelligence Rusée. Sur ses conseils, il fit boire à Cronos une sorte de drogue vomitive. Cronos se révulsa, les yeux exorbités, et dégobilla tout ce qu'il avait pu avaler avant, éjectant ainsi de son divin système digestif la pierre qui avait remplacé Zeus (pierre qui alla rouler jusqu'aux environs de Delphes pour s'y fixer définitivement), et tous les bébés qu'il avait gobés tout crus. Ressurgirent ainsi Hadès, Poséidon, Héra, Déméter et Hestia.
Après quoi Zeus vira son père à coups de pied de la royauté, et s'installa sur le trône de roi de l'univers.
955805626_small.jpg
Source : Hésiode, Théogonie.

Repost 0
Published by Histoires-Mythiques - dans Titanomachie
commenter cet article

Quésaco ?

  • : Histoires Mythiques
  • Histoires Mythiques
  • : La mythologie grecque, c'est drôle, je le dis et je le prouve.
  • Contact